A propos des greffes d’utérus :

Les deux premières greffes d’utérus furent réalisées par l’équipe du Professeur Mats Brännström dans l’hôpital Sahlgrenska de Göteborg en Suède le 15 et 16 septembre 2012. C’est la première fois dans le domaine médical qu’un don mère-fille d’utérus est ainsi réalisé, et aussi que les donneuses sont toutes deux vivantes. La première indication était une femme ayant subi hystérectomie pour un traitement de cancer du col et la deuxième présentait un syndrome de Mayer Rokitansky-Kuster-Hauser. « La nouvelle s’est répandue dans le monde entier, même des journaux nord-coréens en ont parlé. En gynécologie, c’est le plus grand progrès depuis le développement de la FIV. C’est aussi un immense pas dans le domaine de la transplantation », avait alors déclaré le Pr Mats Brännström, à la tête de l’équipe de l’Université de Göteborg. Mais c’est en 2014 qu’une femme ayant bénéficié une transplantation d’utérus, toujours en suède, par l’équipe du Pr Mats Brännström donnait naissance à un enfant vivant. Depuis, l’équipe suédoise a réalisé au total neuf greffes d’utérus, débouchant sur cinq grossesses dont quatre ont permis la naissance de bébés.

Avant ces prouesses médicales, d’autres tentatives de greffes avaient été faites, avec des utérus provenant de donneuses vivantes ou non, mais s’étaient soldées par des échecs. La première, en Arabie Saoudite en 2000, avait échoué au bout de trois mois, l’utérus de la patiente se nécrosant.

Laisser un commentaire